Le nom du vent de Patrick Rothfuss

Brève présentation de l’histoire

Ne lisez pas la  4ème de couverture, elle ne vous dira rien du livre ni de son contenu. Elle ne fera que vous égarer. Mais alors comment parler de cet ouvrage, si dense, si passionnant ?

Ou ne trouvons-nous ? Dans une auberge : « La pierre levée ». Cet endroit pourrait  être un saloon, perdu au milieu de nulle part. Un aubergiste, d’aspect quelconque, essuie les verres et les bouteilles derrière le bar et écoute d’une oreille qui semble distraite et indifférente les histoires rapportées par le vieux Cob aux quelques habitués des lieux. Ceux-ci  effrayés écarquillent les yeux.
Il est question de personnages mythiques, de créatures monstrueuses, de « Taborlin le Grand invoquant  le feu et les éclairs pour détruire les démons » et de bien d’autres êtres inquiétants comme les Chandrians.
Ces histoires tellement extravagantes sont elles vraies ou totalement inventées?

Les habitués partis se coucher, le silence envahi l’auberge.
Mais qui est donc Kote (Kvothe), cet aubergiste bien trop banal à la chevelure flamboyante ?
Qui est son fidèle apprenti, qui cache des sabots à la place de pieds au fond de ses bottes et s’adresse à lui en l’appelant « Reshi » ou Maître ?
Mais surtout, que vient faire par ici cet étranger solitaire alors que les routes sont de moins en moins sûres ?

Cet homme est le Chroniqueur du roi et lorsqu’il reconnait en Kote, un personnage légendaire , il le convainc de conter son histoire, sa seule et véritable histoire. Seules conditions posées par Kote, (le ) Chroniqueur reprendra mot pour mot ses propos sans en changer un iota , la narration demandera  strictement trois jours.
C’est  ainsi que l’histoire commence…

Mon avis :

Un bon pavé littéraire comme je les aime qu’il est impossible de transporter avec soi. Trop lourd !
Cette lecture fût un véritable coup de cœur comme je n’en ai pas eu depuis longtemps.

L’auteur sait créer une sombre ambiance dans laquelle se croise une quantité de personnages  inquiétants et  truculents.

Les pouvoirs magiques côtoient ici le surnaturel. Les multiples facettes de l’âme humaine sont explorées : jalousie, haine, trahison, mensonge, cupidité et d’autres….

Les rebondissements s’enchainent à un rythme effréné et jamais l’on ne s’ennuie au côté de Kvothe.
Nous le rencontrons à l’âge de neuf ans pour le suivre tout au long de son cheminement initiatique.
C’est un personnage comblé de nombreuses qualités, attachant, intelligent et  sincère. Malheureusement, le destin ne le ménage pas et il cumule malchance et  injustices. Nous nous émerveillons de ses capacités à rebondir sur des évènements qui ne lui sont pas favorables.

Curieusement,  les personnages féminins, sont toujours représentés comme doux, sensibles, intelligents et honnêtes. Seule, Denna,  insaisissable comme le sable qui file entre les doigts, a fini par m’agacer un peu.

Ce livre m’a fait pensé aux personnages d’Harry Potter (les professeurs de l’Université), à Oliver Twist (les pauvres gamins des rues), à Rémi de Sans Famille (la vie de saltimbanque) et également à Aladin des Milles et une nuit (pour la vivacité et le courage de Kvothe).

A l’issue de ce premier tome, il est inutile de chercher des réponses.
Qu’attend Kvothe dans son auberge ? Il se cache ? Pourquoi ?  Il n’est tout de même pas peureux ! Le lecteur reste perplexe et  captif.

Vraiment je le répète, cette histoire, riche en rebondissements  fut un grand coup de cœur.
Ma note très très  enthousiaste: 10+ / 10
Et j’attends avec impatience la lecture du second tome qui devra obligatoirement être à la hauteur…

Un grand merci à LefsÖ qui a lancé cette lecture commune autour de cet ouvrage.

Titre : Chronique du tueur du roi, tome 1 : Le nom du vent Auteur : Patrick Rothfuss
Edition Bragelonne
Genre : Fantasy

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Pas un coup de coeur non plus, mais une lecture très agréable, une très bonne découverte.
    Toutes les questions en suspend m’intriguent, particulièrement l’origine du « Tueur de roi ». JE lirai donc le second, c’est certain.