Une vie de Pintade à Madrid de Cécile Thibaud

Résumé

Quel meilleur mot pour définir ce livre qu’éthno-guide ! Une définition charmante de Madrid et de ses occupants. Au sommaire vous trouverez le Madrid de tous les jours, le mode vie, l’esprit fiesta jusqu’au bout de la noche, où que vous soyez dans Madrid.

Du plus jeune âge à la retraite, Madrid a été explorée par Cécile Thibaud de fond en comble. Enfin, ce livre n’a pas été nommé pour rien une vie de « pintade » à Madrid, la quasi-moitié de l’ouvrage est dédié au mode de vie complètement différent d’une madrilène à l’autre, les préférences couture et coiffure, où manger, où faire son shopping… Enfin, l’auteur aborde brièvement quelques sujets qui pourraient déclencher polémique comme la parité hommes-femmes ou même l’endroit où passer son dimanche en famille ou entre amis ! (hé oui, les parcs sont légions mais les madrilènes aussi !)

Critique

En « un mot » : Piquant, Drôle, Réaliste, je prends ! Cécile Thibaud nous offre un point de vue purement féminin et réaliste de la capitale espagnole.

J’ai été impressionnée par son humour si audacieux, qui m’a donné de grands moments d’émotions à m’en donner mal au ventre ! Des amis qui ne lisent pas le livre ont gagné le droit d’entendre certaines répliques cinglantes mais justes qui feraient pâlir quelques personnages politiques français !

J’ai toujours pensé que le meilleur moyen d’aborder certains problèmes était l’humour et manifestement l’auteur a réussi à jongler à la perfection entre les passages qui nécessitent un minimum de sérieux et les autres desquels nous pouvons vraiment rire. Elle est capable de parler de la crise et de tous les problèmes de chômage, de changements de mentalités post-franquisme, en jouant sur quelques traits d’humour et de réalisme qui nous donnent malgré tout envie de découvrir ce Madrid en état de crise mais toujours si positif !

L’avantage de ce guide est de nous montrer tous les aspects de la vie madrilène. Une personne, peu importe sa nationalité, a et aura toujours un chemin parcouru d’embûches. Ici, nous retrouvons une description chronologique de la vie d’un autochtone de l’enfance au quatrième âge, qui montre les bons comme les mauvais aspects du quotidien.

Avec ceci, l’auteur rajoute quelques adresses qui nous permettent de visualiser concrètement les lieux dont elle parle tout au long de son livre. Cela nous rappelle que nous ne sommes pas seulement en train de lire un ouvrage culturel mais aussi un guide pour toute personne fraîchement débarquée à Madrid pour des vacances ou plus.

Si nous devons chipoter sur quelque point négatif, je dirai que la petite carte dessinée au début du livre aurait méritée d’être plus grande, plus détaillée voire détachable. En effet, il aurait été plus pratique encore de visualiser géographiquement tous les quartiers dont l’auteur parle tout au long de son livre. Moi qui ne suis jamais allée à Madrid je suis restée un peu perdue quand elle parlait de quartiers qui n’étaient pas écrits sur la petite carte.

Un petit (gros) mot de la fin ?

Tout d’abord, je pense que jamais je n’aurai osé acheter ce genre de livre du type guide touristique blindé d’adresses dont on ne sait pas vraiment quoi faire et qui n’est intéressant qu’une fois que nous sommes sur place et encore ! Donc je remercie Livraddict et les éditions Calmann-Lévy de m’avoir donné l’opportunité de lire ce livre qui m’a tenue en haleine comme n’importe quel roman.

J’avoue avoir eu peur de l’ennui, du bon vieux livre rébarbatif qui parle histoire alors que le sujet était, à la base, intéressant. Or, Cécile Thibaud l’a traité avec brio ! Elle peut être fière de son travail qui a dû être juste, monumental ! De vraies statistiques analysées ni trop ni trop peu, juste de quoi appuyer ses propos. Des avis d’experts en sociologie. Mais surtout des avis de madrilènes, de françaises qui vivent sur place qui ont réussi à faire tomber le voile de clichés que l’on attribue trop facilement aux pays étrangers.
Je pars prochainement faire une partie de mes études à Madrid et après lecture de ce livre je dirai que l’attente ne sera que plus longue car maintenant, mon impatience de découvrir « en vrai » les petites adresses sympas que j’ai repérées dans ce livre est tout bonnement ENORME !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.