Le Tigre Blanc d’Aravind Adiga

tigreblancQuatrième de couverture

Dans les « Ténèbres », vaste région au coeur d’une Inde miséreuse et violente, chacun sait que la Shining India ne brille pas pour tous! Balram Halwai, surnommé le Tigre Blanc pour son intelligence hors norme, est pourtant décidé à conquérir sa place au soleil. Immoral et cynique, il ne reculera devant aucun moyen, quitte à y perdre son âme…

Un premier roman couronné par le Booker Prize en 2008.

Mon avis

J’ai lu ce livre pour le challenge d’un pays à l’autre organisé par Vepug. En Juillet, l’Inde était à l’honneur et j’ai choisi ce livre par hasard, sans en avoir entendu parler avant, simplement en feuilletant les fiches d’auteurs de nationalité indienne présentes sur Bibliomania. Il s’agit là de ma toute première lecture indienne.

J’avais un peu peur que ce roman ait un goût de Bollywood, jovial et surfait à souhait, racontant une énième histoire du pauvre devenu riche. Quelle agréable surprise ai-je eu en remarquant que mes craintes n’étaient absolument pas fondées! Ici, rien n’est maquillé, tout est narré de la façon la plus directe et la plus authentique qui soit.

C’est au travers de huit lettres adressées au Premier Ministre chinois que Balram Halwai nous raconte son ascension dans la société indienne, le plus directement possible et avec un léger cynisme, tout en nous dévoilant la face cachée de l’Inde des cartes postales.
Ayant grandi dans les Ténèbres, la partie sombre et pauvre de l’Inde, Balram était destiné à mener une vie de misère correspondant à sa caste. Une caste dans laquelle les enfants sont mis au travail très tôt et où les mariages, arrangés bien évidemment, servent à faire rentrer de l’argent pour nourrir une famille entière.
Cependant, Balram ne compte pas mener cette vie qu’il n’a pas choisie. Grâce à sa persévérance, il parvient à se faire engager comme chauffeur par une famille de propriétaires terriens. Accompagnant M. Ashok et Pinky Madam lors de leur séjour à New Delhi, Balram va enfin avoir l’occasion de goûter à la vie dans l’Inde de la Lumière, cette partie de l’Inde fortement influencée par la culture américaine et où tout le monde semble réussir ce qu’il entreprend, quitte à y perdre toute morale.

Même si mes connaissances sur ce pays sont limitées, j’ai l’impression que ce roman reflète les véritables inégalités entre les différentes classes sociales présentes en Inde. Tout semble authentique, autant les caractéristiques des deux Indes que la personnalité du personnage principal. Très belle découverte pour moi, je recommande ce roman aux lecteurs en quête d’authenticité.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Je viens de le lire, et j’ai bien aimé, même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai apprécié découvrir l’Inde d’un autre point de vue que j’en ai l’habitude.