L’homme chauve-souris de Jo Nesbø

L'homme chauve-souris de Nesbo

Quatrième de couverture

Envoyé en Australie par sa hiérarchie soucieuse de l’éloigner d’Oslo, l’inspecteur Harry Hole doit enquêter sur la mort d’une jeune Norvégienne, sauvagement jetée d’une falaise. Ce qui aurait dû n’être qu’une routine diplomatique va se transformer en traque impitoyable au fur et à mesure des meurtres qu’Harry Hole refuse d’ignorer. Autre hémisphère, autres méthodes… Associé à un flic aborigène étrange, bousculé par une culture neuve assise sur une terre ancestrale, Hole, en proie à ses propres démons, va plonger au cœur du bush millénaire. L’Australie, pays de démesure, véritable nation en devenir où les contradictions engendrent le fantastique comme l’indicible, lui apportera l’espoir et l’angoisse, l’amour et la mort: la pire des aventures.

Mon avis

J’ai beaucoup entendu parler de Jo Nesbø et particulièrement de sa série Harry Hole ces dernières années. Les divers avis étant plutôt bons, j’ai donc décidé à mon tour de faire connaissance avec le fameux policier norvégien.

Le personnage d’Harry Hole, ou Harry Holy comme l’appellent ses collègues australiens, entretient le cliché du flic alcoolique qui, malgré tout, reste l’un des meilleurs de sa troupe. Ceci peut rebuter plus d’un lecteur, mais toutefois, dans ses moments de sobriété, on y retrouve un trentenaire charmant et plein d’humour que l’on a plaisir à suivre.

Le style de ce roman policier est original et intriguant. Nesbø nous fait découvrir l’Australie de par de nombreuses légendes aborigènes qu’il mêle à l’enquête, celles-ci ayant pour but de mettre Harry sur la voie du meurtrier. Cependant ces légendes sont parfois si troublantes que le lecteur ne parvient pas à y déceler le moindre indice. Harry, lui-même, entretient ce mystère en gardant pour lui ces réflexions et déductions, ce qui ne permet pas au lecteur de deviner quoi que ce soit avant que le véritable coupable soit démasqué.

Malgré la forme intéressante du récit, Jo Nesbø n’a pas su me captiver. Je n’ai pas ressenti de pression me poussant à lire la suite à chaque moment de liberté et j’ai trouvé dans ce roman de nombreuses longueurs, tout à fait rédhibitoires en matière de polars.
Un avis mitigé donc, mais ma curiosité me poussera tout de même à lire d’autres aventures du policier norvégien dans l’espoir de pouvoir réviser mon opinion sur cet auteur.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Répondre à Caro VerdeLivre alias book-worm Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir cet auteur mais il fait partie de la liste de noms sur lesquels je souhaiterais me pencher.
    A voir l’effet que Jo Nesbo aura sur moi.