100 pages blanches, de Cyril Massarotto

Ce livre a été lu dans le cadre d’un partenariat avec les éditions XO que je remercie.

Présentation de l’éditeur :

« Ce carnet, c’est ton héritage. Tes sœurs auront le reste, mais crois-moi, je te lègue le plus précieux de mes biens, et tout l’argent du monde ne le remplacerait pas. Souviens-toi de moi. »

Quel choc pour ce jeune homme lors de l’ouverture du testament de son grand-père bien-aimé : il ne lui a rien laissé. Rien à part un vieux carnet au cuir râpé, avec une centaine de feuilles vierges. Cent pages blanches en héritage… Et une ultime lettre où le grand-père lui apprend que ce carnet est le plus grand trésor dont on puisse rêver. Son grand-père était-il devenu fou ? Très vite, le jeune homme va découvrir le secret du carnet, un pouvoir mystérieux qui va bouleverser sa vie bien rangée et y faire entrer la folie, la gaieté et l’amour.

Mon avis :

J’ai choisi ce livre, car la présentation de l’éditeur me faisait envie. Ce n’est qu’en recevant le livre que j’ai découvert que je connaissais déjà l’auteur. J’ai lu il y a quelque temps son premier roman « Dieu est un pote à moi » que je n’avais pas vraiment aimé… Ça commençait donc bien mal cette lecture…

Puis j’ai ouvert le livre et je l’ai dévoré. L’écriture est facile sans être trop simpliste, le héros est un trentenaire tout ce qu’il y a de plus banal ou presque et comme l’histoire est écrite à la première personne, on se sent vraiment proche du personnage et de ses émotions.

Le livre magique fait un peu penser à Harry Potter, surtout lorsqu’il essaie de dialoguer avec (mais ce n’est pas Harry Potter donc ça ne marche pas), mais grâce à la manière dont cela est raconté, on se laisse prendre au jeu. Ce n’est pas un livre de grande littérature, mais c’est un livre plaisant qui restera longtemps dans ma mémoire puisque depuis, je rêve d’un carnet comme celui-là (pour écrire sur chaque page la même chose…).

Certains passages prêtent à sourire, d’autres sont plus poignants et certains font réfléchir sur la place des souvenirs, du passé et du futur dans notre présent.

Quelques morceaux choisis :

« Perdre son dernier parent, c’est quand même quelque chose, une tape dans la vie. On n’a plus personne au-dessus de soi, il ne reste que ceux d’à côté, et ceux d’en dessous. Moi j’aimais bien avoir quelqu’un au-dessus, comme une bonne conscience qui veille sur la mienne, cette présence rassurante qui ne cessera jamais de nous aimer. Un parent qui nous aime, c’est comme un sourire attendri qui plane au-dessus de nos têtes : quand on va mal, il suffit de lever les yeux pour être réchauffé à l’intérieur. »

« L’avantage, quand on est vieux, c’est qu’on n’a plus la sale tête du réveil tellement la normale est déjà abîmée. »

« – « … » Que faut-il faire pour emporter de grands souvenirs? -C’est très simple : pour emporter de grands souvenirs, il ne faut pas regarder en arrière. -C’est contradictoire, mamie… -Au contraire, c’est très logique ! Comprends-moi bien : tes souvenirs à toi, ils sont devant. Pus tard, quand tu auras mon âge et qu’il sera trop tard pour construire, tu pourras te retourner, et voir ce que tu as bâti de grand, de beau… Et tout cela remplira ton cœur. C’est tout ce que je te souhaite. Ainsi, peut-être ne partiras-tu pas vide. Vide comme moi. »

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. C’est marrant car j’ai lu son premier roman « Dieu est un pote à moi » et j’ai vraiment été déçue par l’auteur… Tellement déçue que quand je me suis rendue compte que c’était le même, ça m’a un peu refroidi et je suis partie avec des apriori…
    Et j’ai été emballée. C’est sur que ce n’est pas de la grande littérature mais après coup, j’ai l’impression que le livre allait plus loin que ce qu’il voulait bien en laisser paraitre, qu’il y avait tout une réflexion sur la place du présent et de l’avenir et sur l’importance d’aller de l’avant…
    Mais c’est peut-être moi qui voit en ce livre plus que l’intention de l’auteur 😉

  2. Bonjour !! =) Je viens de lire ton commentaire! Je suis globalement d’accord avec toi; sauf qu’il ne m’a pas vraiment plu, à la différence de toi… J’ai trouvé l’écriture mauvaise : facile, avec beaucoup de clichés, trop simple à mon goût… Un bouquin de plage, mais pas d’une grande valeur littéraire pour moi…

    Cependant, comme toi, j’ai relevé certaines phrases qui valent le coup…

    Je reste déçue par l’auteur … :(.

    Bonne journée!!