Le Kabbaliste de Prague de Marek Halter

Ce livre a été lu dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Robert Laffont.
Un grand merci à Livraddict ainsi qu’aux éditions Robert Laffont pour m’avoir permit de lire ce livre dès sa sortie.

Présentation de l’éditeur

À la fin du XVIe siècle, dans le ghetto de Prague, le rabbin MaHaRal, le plus grand kabbaliste de tous les temps, façonne un être de boue à la force illimitée qui doit apporter la sécurité à son peuple… le Golem. Avec Le Kabbaliste de Prague Marek Halter nous plonge dans La Mémoire d’Abraham et l’univers des Juifs de l’Europe centrale de son enfance. Il nous entraîne dans le monde mystérieux de la Kabbale et celui de la Renaissance, avec ses découvertes sidérales, ses bouleversements scientifiques et ses guerres de religion. Mêlant fiction et réalité, hanté par les questions les plus contemporaines, Le Kabbaliste de Prague est un roman envoûtant, foisonnant d’érudition et d’émotion.

Mon avis

Ma première impression en découvrant le livre a été excellente. La couverture correspond parfaitement à ce que j’attendais du livre de par le titre.
En image de fond, des stèles juives, écrites en hébreu et par dessus, le titre écrit en relief : une invitation à aller plus loin.

Le sous-titre annonce la teneur du livre « le roman du Golem ».

Avant de parler de l’histoire, il faut savoir que le livre renferme un « trésor » pour ceux qui ne sont pas familiers de la culture juive. Il y a à la fin un glossaire simplifié permettant d’avoir les explications concernant certains mots.

Ce livre nous transporte grâce au récit de David Gans dans l’histoire des juifs du ghetto de Prague au XVIe siècle. Nous nous retrouvons plongés dans cette ambiance particulière, faite d’études, d’enseignement, de joie, mais aussi de peur vis-à-vis des chrétiens les accusant de tous les mots, de la relation avec les puissants, etc.

Dès le début, nous savons qu’il sera question du Golem, cet être fait d’argile animé grâce à l’inscription אמת (èmet : vérité). L’intérêt de ce livre est de nous entraîner sur ce qui a précédé cette création, puis le temps où elle est réalisée et pour finir l’après.
Le lecteur découvre ainsi que rien n’est fait au hasard, toute chose a une incidence sur le futur, que ce que nous croyons bon à l’instant présent peut se révéler dramatique plus tard, et ce qui nous semble mauvais, a une importance pour la suite de notre vie.

Le premier chapitre commence ainsi « Tout a commencé par une promesse. » et le dernier se termine par cette phrase « Tendez vos paumes et choisissez votre destin, mais ne comptez pas que le Saint Nom vous épargne le devoir de l’accomplir. »
Par ces deux phrases, on a le résumé du livre et surtout ce qu’il faut en retenir.

Deux phrases m’ont particulièrement marquée dans ce livre :
« Le chemin est fait de temps, et l’étincelle du Divin est le feu de la patience. Ne préjuge pas de ce qui n’est pas accompli. » (p.141)

« Avant la naissance de Golem, notre angoisse était unique : il nous fallait vivre et survivre. Désormais, la force née de notre propre volonté nous rendait maître de chaque pas de notre destin. Et c’était notre responsabilité, autant que la volonté de Dieu, que de choisir comment et où le conduire. » (p.218)

En conclusion, un livre extraordinaire qui au-delà de l’histoire qu’il raconte nous force à réfléchir sur les conséquences de nos actes, sur la portée de nos désirs. En lisant, nous nous rendons compte des erreurs des protagonistes, mais à leur place, aurions-nous eu la sagesse de faire différemment ?

Mon seul regret… que les mots hébreux ne soient pas écrits en hébreu. Pour moi, il y aurait eu plus de sens si les mots « émet » puis « met » avaient aussi été écrit אמת et מת, tout en gardant la translittération et la traduction pour facilité la lecture.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Lu et terminé il a 2 jours, je rajouterais qu’il se lit très très bien, il réussit à être à la fois passionnant et riche ce qui peut relever de la gageure, et on en retire de belles leçons ; à mettre en toutes les mains, séance tenante!

  2. Tu me tentes bien, le judaïsme m’intéresse beaucoup (et ne parlons même pas de l’hébreu !). Le style a l’air très beau également. Merci de cette découverte ^^