La lucarne de José Saramago

La lucarne

Merci à Livraddict et aux éditions Points pour la découverte du superbe roman de José Saramago, La lucarne.

Présentation de l’éditeur :

De la fenêtre de sa chambre, Abel, jeune homme sans attaches, observe la vie ordinaire de ses voisins, petites gens du Portugal des années 1950. Sous la dictature de Salazar, chacun garde sous clef ses secrets: amours clandestines ou incestueuses, haines et espoirs… Quels peuvent être ceux de Lidia, qui occupe l’appartement du dessus, et dont le charme ravit Abel ?

Mon avis :

J’ai mille choses à dire sur ce livre enthousiasmant. La première est que le lecteur lira la préface avec amusement. Le manuscrit, envoyé par José Saramago à une maison d’éditions alors qu’il était encore jeune et inconnu, disparut pendant 40 ans. A l’époque, l’éditeur ne jugea pas utile d’adresser au futur prix Nobel de réponse concernant son manuscrit, qui ne fut retrouvé que lorsque la maison d’édition changea de locaux. José Saramago en refusa alors la publication et récupéra son manuscrit. C’est donc après sa mort en 2010 que fut publié ce bijou écrit par l’auteur dans sa prime jeunesse.

Les deux pouces en l’air pour le choix de la couverture, une photographie intitulée « Tableau d’intimités (Sydney », d’Anne-Laure Maison, qui colle admirablement à l’esprit de l’ouvrage.

Quant au texte, c’est un véritable enchantement. Je m’attendais à ce qu’il revête une dimension socio-historique, à ce qu’il m’apprenne des choses sur ce Portugal d’après-guerre dont j’ignore tout. Mon ignorance restera complète ou presque, car le livre n’a rien à avoir avec un quelconque portrait sociétal, il propose une observation fine, lucide et dénuée de jugement, de ce que sont les êtres dans l’intimité du couple, de la famille, du voisinage. Il parle de leur rapport à eux-mêmes, aux autres et au monde. De leurs espoirs, de leurs hontes, des sentiments cachés, que l’on dissimule aux autres et parfois à soi-même. Des mensonges qu’on se raconte pour se faire du bien ou pour survivre.

Le texte est sublime, il n’y a pas un mot de trop mais il n’en manque aucun. Les dialogues sont vraisemblables, parfois piquants ou inattendus, les sentiments des personnages sont crûs en ce qu’ils respirent la réalité.
Je me suis sentie, en lisant ce livre, comme le héros de Fenêtre sur Cour, penchée, dans une attitude peut-être un peu voyeuriste, sur le quotidien de ces gens, comme si j’habitais l’immeuble d’en face, ayant une vision à la fois instantanée et globale de la situation, comprenant à la fois le tout et le rien de leur existence.

Ce roman est une perle.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Ahhh j’avais déjà envie de le lire après un voyage au Portugal, mais là… j’ai encore plus envie! Merci pour cet article 😀

    1. Avec plaisir ATea. Lire des livres comme celui-ci et partager ensuite son bonheur n’est jamais une corvée!