La révolte de Suzanna Collins (Hunger Games, Tome 3)

hunger-games-3-la-revolteOuch…une fin douce amère qui laisse un drôle de goût en bouche. Je suis toutefois assez satisfaite que l’auteur ait pris un tel « risque » plutôt que de nous offrir les sempiternels Happy end que l’on peut lire dans les romans ado. Ça change et c’est aussi, il me semble, plus réaliste. J’avoue que je ne m’attendais pas à certains revirements de situations et le choix de la Présidente à la fin fait rire jaune mais paraît tellement plausible au final. Je ne suis donc pas déçue du final de cette saga.

En revanche, j’ai eu l’impression d’être parfois soumise à des facilités romanesques par la présence de plusieurs ellipses temporelles qui nous épargnent des scènes d’actions qui auraient pu être appréciables. Pour faire simple, il y a souvent beaucoup de blablas pour pas grand chose.

Si la plume, bien que fluide, ne relève de la grande écriture, je retiendrai principalement de cette série l’univers futuriste d’anticipation crédible marqué par la télé-communication et la manipulation politique qui n’est franchement pas si éloignée de notre monde. Et par-dessus tout, la capacité de l’humanité à s’autodétruire malgré les flagrants échecs du passé que l’on oublie ou ignore si facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.