Villa des hommes de Denis Guedj

Lecture dans le cadre du partenariat avec  Livraddict et les éditions Points : http://www.lecerclepoints.com/

Présentation de l’éditeur :

En 1917, Hans Singer, vieux mathématicien de renom, entre à l’hôpital psychiatrique. Il partage sa cellule avec Matthias Dutour, un jeune soldat français, conducteur de locomotive et anarchiste convaincu. Tout les oppose, pourtant ils échangent sur leurs vies, Leurs secrets, leurs folies. Jour après jour, Les deux désespérés tissent les liens d’une improbable et indéfectible amitié.

Mon avis :

Tout d’abord je remerice LIVRADDICT et les éditions POINTS pour ce partenariat. Ce livre a été une belle découverte.

Hans SINGER est conduit à l’hôpital psychiatrique par son cocher, accompagné de son fils. Nous sommes en 1917, en pleine guerre mondiale.

Monsieur SINGER ne parle pas, pas un mot, replié sur lui-même. Il est mathématicien, fou de mathématiques…. Ou bien les mathématiques l’ont-elles rendu fou ?

En temps de guerre, les hôpitaux, même psychiatriques, sont surpeuplés et c’est ainsi que Monsieur SINGER va avoir comme compagnon de chambre Monsieur Matthias DUTOUR, soldat français rapatrié du front. Bien heureusement, M. SINGER parle la langue de Molière et va, subitement, libérer ses pensées. Et là commence un espèce de huis-clos.

Ces deux hommes vont se raconter beaucoup de choses. L’un va apprendre des notions de mathématiques à l’autre et s’émerveillera de la facilité de compréhension du second.

Matthias va lâcher quelques bribes de son passé et va revoir un soldat allemand qu’il avait croisé au front.

Les deux compères se lient d’amitié, vivent de belles choses et surtout se font leur propre psychanalyse jusqu’au moment, inévitable de la séparation….

Tout d’abord, quand j’ai réceptionné le livre et vu la couverture de près je me suis dis que la lecture allait être fastidieuse.
En lisant les premières lignes on se rend vite compte que c’est un language « classique », la syntaxe et le vocabulaire sont recherchés. Rappelez-vous les livres que vous étiez obligés de lire au collège et qui n’étaient pas vraiment à votre portée…

Mais, très vite, on se laisse happer par les deux personnages principaux.

On imagine très bien Monsieur SINGER, grand mathématicien, comme un savant fou qui se laisse uniquement porter par sa passion pour cette matière et le soldat qui se sent sur une autre planète.

Le récit présente quelques lenteurs mais qui sont nécessaires pour imprégner le lecteur de l’atmosphère de ce huis-clos.

Les deux protagonistes tissent un lien qui aurait été fort improbable dans des circonstances normales. En effet, beaucoup de choses les séparent : l’instruction, le niveau social et la nationalité.

Le lecteur passe par plusieurs sentiments : la tristesse, le désespoir et l’humour.

J’ai beaucoup apprécié lire ce livre qui ne fait pourtant pas parti de mes « genres » préférés. Malgré un début mitigé, je n’ai plus pu le lâcher jusqu’au dénouement final où, là encore, deux sentiments se mêlent : la joie d’une vie retrouvée pour l’un et la tristesse d’une voie sans issue pour l’autre.

Bonne lecture et bonne découverte.

Parution : 2010
Editions : Points
Pages : 312

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.