Karen et moi de Nathalie Skowronek

« Karen et moi » est un magnifique hommage à la femme de tête et à l’écrivain qu’était Karen Blixen, l’auteur de « La ferme africaine ». Nathalie Skowronek y raconte, à sa façon, la vie extraordinaire de cette femme qu’elle admire.

Eprise de liberté, étouffée par les normes, trop indépendante pour se soumettre aux codes, Karen Blixen a tout fait pour échapper à la vie étriquée qu’on lui avait promis. A 27 ans, elle se fiance par intérêt au baron Bror von Blixen, qui lui offre un titre de noblesse et de quitter le Danemark pour le Kenya, en échange de sa fortune. Karen se lance tête baissée dans cette proposition, trop désireuse de quitter un monde qui ne lui correspond pas, pour un autre qui lui promet aventure et épanouissement.

Mais très vite, les premières difficultés se font sentir. L’exploitation de café dans laquelle Karen a tout investi n’est pas rentable. Bror, en plus d’être infidèle, fuit face aux problèmes et dépense tout l’argent en femmes et en boisson. Malgré tout, Karen s’acharne, refuse de renoncer et ferme les yeux sur ses échecs. Sa rencontre avec Denys Finch, qui deviendra son plus grand amour, sera source de douleurs, mais surtout de joie pour cette femme passionnée mais terrifiée par l’idée d’être abandonnée. Jusqu’au jour où un coup du sort l’obligera à rentrer au Danemark et à se lancer dans l’écriture de sa vie…

Quoi de plus passionnant pour un lecteur, qu’un auteur passionné par son sujet ? Et passionnée, Nathalie Skowronek l’est. Au-delà de la volonté d’écrire une biographie sur une femme qui s’avère fascinante, l’auteur nous invite à lire une véritable déclaration d’amour ! On sent qu’elle donne énormément d’elle-même dans ce texte, d’où la force qui s’en dégage. L’auteur alterne avec beaucoup d’habileté les passages sur Karen avec ceux, plus introspectifs, sur elle-même. Elle voit en Blixen une sorte d’alter ego, auquel elle s’identifie avec tellement de sincérité, que l’on a presque l’impression d’assister à une véritable discussion entre les deux femmes.

Nathalie Skowronek interroge Karen, met en parallèle leurs deux personnalités si similaires, commente les choix de cette femme de caractère de manière si naturelle que l’on a l’impression qu’elles se sont vraiment connues. Cette passion qui l’anime tout au long du récit est transmise au lecteur avec une réelle efficacité et donnera envie aux non-initiés de découvrir Karen Blixen à travers ses écrits. Magnifique, intimiste et bouleversant, ce texte est une grande réussite et une excellente découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.