La voix du couteau de Patrick Ness

La voix du couteauDans un monde retranché sur lui-même depuis la guerre avec les Spackle, un monde où les femmes ont disparu, décimées par le terrible virus du Bruit, un monde où règne un brouhaha constant et où les hommes entendent les pensées les plus intimes de chacun comme si elles étaient formulées à voix haute, un monde où les animaux sont doués de parole, le jeune Todd Hewitt s’apprête à fêter ses treize ans et son entrée dans le monde des hommes.

Il est le dernier garçon de Prentissville. Dans un mois aura lieu son initiation ainsi que son passage à l’âge adulte. En attendant, Todd occupe son temps en se promenant dans le marais, accompagné de Manchee, son chien. Mais sa vie s’apprête à être bouleversée lorsqu’au détour d’un chemin il se retrouve confronté au Silence… Dans un univers où le Bruit est omniprésent, cette découverte stupéfiante a de quoi l’inquiéter… Todd se précipite alors retrouver Ben et Cillian, ses parents adoptifs, pour leur raconter sa trouvaille, sans se douter qu’il risque de mettre leur vie en danger en mettant le doigt sur un terrible secret… Commence alors  une traque haletante qui conduira le jeune garçon  aux confins du Nouveau Monde…

Et bien, cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant captivée par une lecture ! J’avais déjà été séduite par l’écriture de Patrick Ness dans le bouleversant « Quelques minutes après minuit », un texte jeunesse qui abordait le sujet délicat de la perte et de la maladie, et c’est avec un immense plaisir que je le retrouve avec ce roman puissant et passionnant, destiné aux plus grands !

Patrick Ness nous plonge cette fois dans un univers post-apocalyptique dans lequel tous les repères sont bouleversés. Ce qui surprend tout d’abord, c’est l’étrangeté de la langue utilisée. Todd est le narrateur de l’histoire et il utilise un langage relativement oral et familier. Très vite, on comprend l’importance de la langue et le pouvoir des mots dans un univers où le Bruit peut blesser et rendre fou. Todd utilise un langage entremêlé de mots inventés, modifiés par une lettre remplacée (« purain » au lieu de « putain ») ou intervertie (« détorquiter » au lieu de « décortiquer ») , qui en diminue l’impact, faisant fi de l’orthographe au profit d’une langue plus orale (« une esplication » par exemple). Une écriture qui peut déstabiliser donc mais à laquelle on s’adapte vite et qui sert vraiment la force du texte.

Ce qui étonne également, c’est la violence de l’histoire, alors qu’elle est destinée à des adolescents. Le protagoniste a beau être jeune, innocent, rien ne lui est épargné de la cruauté et de la barbarie des hommes. L’intrigue ne cesse de monter en puissance, enchaînant les révélations et les rebondissements à un rythme effréné. Impossible pour le lecteur de rester de marbre, tant les personnages sont crédibles et attachants. La tension est telle que certaines scènes m’ont émue aux larmes… Un texte fort donc, qui bouleverse et ne ménage ni le lecteur, ni ses personnages ! « La voie du couteau » est sans doute l’un des romans les plus marquants que j’ai lu en 2014 et annonce une trilogie prometteuse, à ne pas rater !

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Folio pour ce partenariat réussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.