Le cahier de Maya d’Isabel Allende

Le cahier de Maya

Maya Vidal a fui les autorités américaines ainsi que les trafiquants lancés à ses trousses et s’est réfugiée sur la petite île de Chiloé, au bord du Chili, chez Manuel Arias, un ami de sa grand-mère Nini. La jeune fille de 19 ans va alors découvrir un nouveau monde, celui de ses ancêtres, bien éloigné de celui dans lequel elle a grandi… Un monde fait de croyances, de lenteur et de tranquillité. Peu à peu, Maya va s’ouvrir et s’adapter à ce rythme de vie simple et ainsi tenter d’apaiser la colère, la solitude et la rancœur qui la rongent depuis la perte de Popo, son grand-père adoré. Mais le danger rôde et ces dernières années faites d’excès, de drogues, d’alcool et de mauvaises rencontres menacent de la rattraper… Heureusement que la jeune fille peut compter sur le soutien de ses proches et sur celui, toujours très présent, du défunt Popo. Mais cela suffira-t-il pour trouver la paix ?

« Le cahier de Maya » est le premier roman que je lis d’Isabel Allende et certainement pas le dernier, tant j’ai aimé la beauté et l’émotion libérées par sa plume. Ces cahiers nous permettent de naviguer entre deux époques. D’un côté, le passé de la jeune fille, qui n’a pas toujours été dissolu et tumultueux puisque celle-ci, abandonnée par sa mère et délaissée par un père steward, a été élevée par ses grands-parents, dont l’amour et la bienveillance l’ont protégée jusqu’à ce que la maladie emporte son grand-père. C’est à ce moment-là que la famille a implosé, incapable de surmonter le chagrin lié à cette perte, et que les choses se sont gâtées… En parallèle, on suit Maya dans sa nouvelle vie, coupée du monde et immergée dans un lieu magnifique, où la nature règne en souveraine. Une île dénuée d’artifices et de faux semblants, propice à la méditation, qui va permettre à la jeune femme de faire des rencontres essentielles qui l’aideront à se sortir de ses névroses et à trouver sa voie.

On s’attache très vite à cette adolescente un peu paumée, mais très respectueuse des autres et à la tête bien remplie. J’ai été touchée par l’émotion et la force des relations qui unissent les différents personnages. Isabel Allende nous fait découvrir un pays magnifique et enchanteur mais aussi, et surtout, l’histoire chilienne, un pays longtemps malmené par les dictatures et dont le peuple a énormément souffert et garde encore des séquelles de ces années de terreur et d’oppression. Un roman sur l’adolescence, ses excès et sur le Chili extrêmement fort, porté par une écriture fluide et agréable, qui nous entraîne à l’autre bout du monde et réserve bien des surprises !

Un énorme merci à Livraddict et aux éditions Grasset pour ce partenariat qui m’a permis de faire cette bien jolie découverte !

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Répondre à stellade Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.