Nicholas Dane de Melvin Burgess

Je remercie tout d’abord Livraddict et Gallimard Jeunesse, pour ce partenariat!

Résumé:

Quand Nicholas perd sa mère d’une overdose, il se retrouve seul. Très vite, il est envoyé dans un foyer pour garçons. A quatorze ans, il y découvre d’abord la violence, l’humiliation, les punitions. Alors qu’il croit trouver auprès de Mr Creal, le directeur adjoint, un peu de réconfort et de douceur, Nick finit par comprendre qu’il devra payer de sa personne… Sous l’emprise de. la perversité, il n’a plus qu’une solution : fuir.

Mon avis:

Roman coup de coeur!
Ce livre est mon premier Burgess, qui est aussi l’auteur de Junk (roman sur la drogue). Et pour tout dire, je penses en lire d’autres!
L’auteur nous transporte dans un monde noir et sans concessions, où des enfants se font violer par des hommes, que même la lois ne peut stopper.

Presque chaque personnages a un passé douloureux qui les a poussés à faire de mauvais choix et même à devenir une personne mauvaise. Jones en est l’exemple même. C’est un personnage détestable, pour qui on finit par ressentir de la pitié. De plus, il est un peut comme le miroir de Nick, sur ce qu’il pourrait devenir plus tard s’il ne change pas.(mais je ne vais pas en révéler plus)

Les autres personnages ont tous leurs personnalités qui nous fait soit les haïr, comme Tony Creal, qui à chaque apparition me faisait serrer les poings. Mon dégoût est encore plus fort quand je penses que de tels ordures existent vraiment, brisant toute la vie des personnages à qui ils font du mal. Et bien sur elles s’en tirent souvent à bon compte!
Toms, les pensionnaires de Meadow Hill et Mrs.Bats, sont aussi des personnages n’inspirant que du mépris.

Soit, il y a des personnages attachants comme Muriel, la mère de Nicholas, qui n’apparaît que pour un seul chapitre. La pauvre Red, Davey et bien sur Oliver qui est le personnage qui m’a le plus inspiré de pitié le long du récit. Ce qui lui arrive/ ce qui ne lui arrive pas (j’ai dur de ne pas  spoiler!) est un phénomène courant dans les institutions ne faisant pas attention à leurs pensionnaires l’ayant quitté.

Nicholas Dane quand à lui, est vraiment un héros vraiment attachant, qui voit sa vie devenir un cauchemars du jour au lendemain. Meadow Hill pour lui est vraiment un enfer, et quand il voit une chance d’avoir une vie plus douce avec l’aide de Tony Creal, celui-ci le trahit et lui fait du mal moralement et physiquement. De plus, si il n’avait pas était là, l’adolescent aurait sans doute eut des chances de s’en sortir. A cause de ce qui lui est arrivé, Nick devient de plus en plus renfermé sur lui même au fil du roman. Et se méfie des adultes, même ceux qui lui veulent du bien.

Le roman quand à lui est divisé en quatre parties:

-Avant que Nicholas ne perde sa mère et parte à Meadow Hill.

-Son séjour dans l’institution.

Pour moi cette partie est la meilleur et la plus marquant du livre. Je n’arrêtais pas de tourner pour savoir la suite du calvaire de Nicholas et savoir comment il allait s’en tirer. Le dégoût et la haine sont les sentiments qui me venaient le plus souvent.

-La vie de délinquant de Nicholas.
Une perte de souffle dans cette partie qui reste très bonne. Elle très important, car sert à montrer ce que devienne ses jeunes ayant subis violences sexuelles. Ce passage est moins marquant que celui de l’institution, mais possède son lot de moment forts. Par contre, j’ai eus l’impression qu’elle se concentrait un peut plus sur d’autres personnages comme Jones qui a une psychologie très intéressante.

-Ce qu’il advient de notre héros par la suite.
Le tout dernier chapitre nous narre ce qu’il advient des protagonistes par la suite. Le tout est en fait un gros résumé, ce que je trouve ça dommage, car certains passages auraient pus être très intéressant à lire.

En bref, un très bon roman que m’a fait découvrir Livraddict et Bayard Jeunesse que je remercie encore! (par contre la feuille qui présente le roman, livré avec le roman, m’a  malheureusement spoilé tout le livre.)
Je recommande donc vivement ce livre (à partir de 14 ans au moins, sinon certaines scènes pourraient choquer les plus jeunes) qui m’a donné envi de découvrir d’autres livres de cet auteur!
Note: 8,5/10

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. C’est également mon premier Burgess, même si j’avais acheté Une idée fixe l’an dernier, et j’ai adoré. C’est dur et violent, alors la lecture ne s’apparente pas toujours à uen partie de plaisir, mais le livre est très bon. Malheureusement très vrai aussi…
    Je publierai ma critique dans la semaine, je pense, si ça t’intéresse !