Power Play de Joseph Finder

Résumé

Enlèvement de milliardaires, détournement d’avion… les preneurs d’otages professionnels ne manquent pas d’audace. Mais s’emparer des dirigeants d’une grande entreprise, réunis le temps d’un séminaire dans un lieu coupé du monde, personne ne l’avait encore tenté. La demande de rançon est à la hauteur du coup : faramineuse.
Et si ces hommes visiblement prêts à tout n’étaient pas de simples malfrats ? Quand on joue avec le pouvoir, mieux vaut connaître ses partenaires…

Avis

Etant un fan inconditionnel de Joseph Finder je me suis précipité à ma librairie pour acheter son dernier « thriller entreprise ».
Tous les livres de Finder ont l’avantage d’avoir un rythme rapide, les chapitres s’enchaînant rapidement. Il n’y a donc très peu de temps mort. C’est dans cette idée d’être constamment dans l’action qui m’intéresse chez cet auteur.
Un bémol concernant ces oeuvres est l’histoire développé. Les différents scenarii ne sont pas révolutionnaires en soit, ce sont des histoires somme toutes assez basiques (pour toutes personnes habituées à lire ou à aller au cinéma) mais qui fonctionnent néanmoins grâce encore une fois à l’action.

C’est le cas pour Power Play où l’on suit Jake Landry, jeune homme a priori sans problème mais avec ses parts de mystère, qui travaille dans une grosse société aéronautique. En remplacement de son chef, il est convié au séminaire annuel regroupant les personnes les plus influentes de la compagnie dans un chalet haut de gamme situé dans un coin reculé de la civilisation.
Entre tous les grands pontes de sa boîte, il rencontre Ali son ancienne copine actuellement secrétaire du PDG de la société.
Un groupe de chasseurs perdus dans la forêt attenante du chalet s’invite à la fête et de fil en aiguilles décide de les séquestrer pour obtenir une grosse rançon.
Qui sont ces hommes ? Sont-ils réellement des chasseurs ?
Ont-ils un lien avec l’histoire de corruption dont la société est suspectée ?

Sur fond de prise d’otages et de complots d’entreprise, l’histoire est prenante et me rappelle de temps en temps un bon vieux John McClane (aka Bruce Willis dans Piège de Cristal). Les pages défilent assez rapidement afin de connaître le dénouement final.

Bilan

Avis plutôt positif, on lâche difficilement le livre même si l’histoire n’est pas franchement originale. Un bon livre néanmoins qui se lit de la même façon que l’on    regarde un film d’action des années 90.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.