Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor + Martiens, go home! de Fredric Brown

Inconnu à cette adresse, Kressmann Taylor, édition étonnants classiques Flammarion.

Résumé :
Nous sommes en 1933. Max et Martin sont deux associés. L’un est juif et vit aux Etats-Unis l’autre est Allemand et vit en Allemagne. Ce roman épistolaire nous propose de suivre leur correspondance dans le contexte de la montée du nazisme.

Mon avis :
Il s’agit là d’un livre très court, qui se lit en une seule fois mais qui est à la fois très dense et très touchant. Je l’étudie actuellement en classe de 3è.

Le roman épistolaire est intéressant car il allie subtilement le travail d’écriture à la lecture. Ce roman, n’étant constitué que de lettres, donne presque envie à notre tour de correspondre afin de mieux témoigner des événements de notre temps. Les lettres permettent d’entrer dans l’intimité et les confidences des deux hommes comme une grande conversation dans laquelle nous serions les spectateurs privilégiés. Cela donne un réel effet de « supériorité » en tant que lecteur. Les épreuves que traversent les deux hommes ne nous touchent que plus fortement.

Le contexte historique est parfois relaté avec précision et donne un effet de réel assez puissant. L’amitié entre les deux hommes va-t-elle survivre à la montée de cette doctrine qui a marqué l’histoire ?

Je recommande vivement la lecture de ce petit livre qui touche, qui secoue, qui dérange parfois mais qui permet de ne pas oublier, et c’est sans doute là l’essentiel.

Martiens, go home ! Fredric Brown, Folio SF

Résumé :
Luke Devereaux, écrivain de SF en manque d’inspiration tente de s’isoler espérant ainsi enfin pouvoir écrire. Alors qu’il se retrouve un soir seul dans une cabane au milieu du désert, un martien frappe à sa porte. Il s’agit en réalité d’une réelle invasion.

Mon avis :
J’ai été amenée à étudier ce livre en classe avec des élèves de 4è. La lecture est relativement aisée et pleine d’humour. L’originalité et la drôlerie parsèment les pages du titre à l’illustration jusqu’au post scriptum de l’auteur en fin d’ouvrage.

On prend un malin plaisir à découvrir comment s’adapte la société face à ces petits êtres sans scrupules, promptement désobéissants et sans-gène. On découvre également les doutes et les réflexions du protagoniste Luke Devereaux pour faire rentrer les martiens chez eux. Encore faudrait-il qu’ils soient vraiment venus. On passe du songe à la réalité pour découvrir finalement la vérité que dans les dernières pages.

Martiens go home ! est une lecture à déguster en quelques heures avec plaisir et amusement. Idéal pour les soirées un peu cafardeuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.