Druide d’Oliver Peru

Ce livre m’a été offert gracieusement par les éditions Eclipse, dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict. Je remercie très chaleureusement la maison d’édition ainsi que la team Livraddict pour cette opportunité.

Résumé :

1123 après le Pacte.

Au nord vivent les hommes du froid et de l’acier, au sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d’ombres, d’arbres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte Ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse mais un crime impensable bouleverse la loi de toutes les couronnes : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats ont été sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier.

Certains voient là l’oeuvre monstrueuse d’un mal ancien, d’autres usent du drame comme d’un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, et ses deux apprentis ont pour mission de retrouver les assassins avant qu’une nouvelle guerre n’éclate. Mais pour la première fois, Obrigan, l’un des plus réputés maître loup de la forêt, se sent impuissant face à l’énigme sanglante qu’il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n’ont pas de réponses.

Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt.

Ce qui se murmure autour du livre :

* Druide est le premier roman en solo d’Olivier Péru, mais il a déjà co-écrit, avec Patrick Mac Spare, Les Hauts-Conteurs, saga fantasy qui comporte pour l’instant 2 volumes

* On sent chez Olivier Péru une vraie fascination pour la forêt puisque ce thème revient également dans Les Hauts-Conteurs

* Vous trouverez ici une interview d’Olivier Péru

* Pour ce roman, Olivier Péru a choisi de modifier son prénom en Oliver (et non ! Ce n’est pas une faute sur la couverture) afin de faire la distinction entre ses œuvres écrites et ses œuvres dessinées.

* Il n’y aura pas de suite à Druide, mais l’auteur n’exclut pas d’écrire un autre roman dans le même univers

Mon avis :

Tout d’abord, j’ai eu une excellente première impression au moment de tenir ce livre dans mes mains. La couverture est sublime et elle a été, qui plus est, dessinée par l’auteur lui-même, illustrateur de métier. De nombreuses petites « tâches » rondes et rouges parsèment la face avant du livre, elles évoquent des tâches de sang et cela est très bien réalisé et cadre bien avec l’histoire. Par ailleurs, le papier est épais et d’excellente qualité, ce qui rajoute un plaisir supplémentaire à tenir ce livre dans ces mains. Pour en finir sur l’aspect visuel de l’ouvrage, les Editions Eclipse insèrent à leurs volumes des marques-pages détachables aux couleurs du livre. C’est une attention vraiment très appréciable et une merveilleuse idée !

Olivier Péru nous livre là un premier roman divinement écrit, avec des mots justes, précis, pour un ensemble très poétique. Une épopée fantasy dont la plume et le style évoquent grandement Tolkien, et l’auteur se révèle à la hauteur du maître ! Un roman d’une telle qualité est difficile à chroniqué… L’exercice est ardu !

Druide est un récit adulte avec des scènes violentes et parfois difficiles, crument détaillées mais toujours avec justesse et sans excès. Chaque mot, chaque phrase a sa place dans ce texte. Rien n’est en trop, rien n’est inutile.

Les talents de dessinateur d’Olivier Péru transpirent dans le style très imagé du texte. On parvient sans aucune difficulté à se représenter visuellement chaque scène, chaque description. Un tableau très clair des éléments nous est offert par l’auteur qui a su, par ses mots, nous transmettre une part de son talent d’illustrateur.

Ce roman est un gros volume (511 pages) écrit assez petit. La lecture n’en est pas rapide puisque chaque détail est abordé et chaque élément a son importance. Mais le plaisir est constant. Qui plus est, chose assez rare pour le souligner, l’ensemble de l’aventure tient en un seul tome. Cependant, l’œuvre aurait probablement gagné en facilité de lecture et d’ingestion en devenant une dilogie, voire une trilogie. Il est tout de même intéressant de préciser que malgré le condensé et l’épaisseur du livre, son prix reste très léger pour un grand volume (17 euros). Il y a fort à parier que si édition poche il y a, elle effectuera la césure en plusieurs tomes…

Ce roman recèle plusieurs originalités. En premier lieu, la thématique, celle qui donne son livre au titre, à savoir la découverte du monde des Druides, est un sujet rarement abordé en Fantasy, ou en tout cas extrêmement peu souvent en thème principal. Olivier Péru réussit ici l’exploit de s’éloigner des idées reçues sur les druides de romans, et nous propose une « mythologie druidique » réellement fascinante, avec juste ce qu’il faut de surnaturel, et une grande dose d’humanité et je dirais presque de spiritualité. On découvre les Druides tels que nous ne les aurions jamais imaginés, et pourtant, au fur et à mesure de notre lecture, on en vient forcément à se dire que finalement, comment avons-nous pu envisager les druides autrement qu’ainsi ? L’ensemble est tellement bien travaillé, tellement approfondi, que tout nous parait naturel et évident.

Les druides possèdent un Don, celui de « communier » avec les natures, la forêt, les animaux, celui de percer les secrets enfouis dans la conscience des individus. Pourtant, tous les druides ne sont pas égaux face au Don, et c’est d’ailleurs le cas des deux disciples d’Obrigan, notre personnage principal, maître druide infiniment respecté. En effet, entre ses deux apprentis, Kesher a un don déjà très développé pour son âge, alors que Tobias cherche encore sa voie. A ce sujet, Tobias, très réaliste, dit à Kesher (p.70) : « Le Don est un cri en toi, en moi il n’est qu’un murmure. »

La relation qu’entretient Obrigan avec ses apprentis est très particulière, tout comme celle de chaque maître druide avec ses disciples. Elle est assez proche de celle d’un père avec ses enfants. Tout comme la relation entre les frères de sève (entendez par là des apprentis élevés par le même druide) est très proche de celle d’une vraie fratrie. Tous, maître et disciples, entretiennent un rapport très puissant avec la mère-verte (= la forêt).

Une deuxième originalité du roman est qu’il parvient à inclure une intrigue de type thriller au cœur d’une fresque fantasy. J’ai bien dit un thriller, et pas des moindres ! Des meurtres affreux commis par un tueur invisible aux yeux jaunes, une énigme à résoudre, un temps très limité, du sang qui coule à flots et surtout… des scènes qui font réellement peur, au point de ne pas oser s’arrêter de lire à cet endroit et s’endormir, au risque de faire de terribles cauchemars !!
A chaque fois qu’un protagoniste découvrait un bout de vérité dans cette terrible intrigue, je tremblais par avance, chaque apparition du « meurtrier » me donnait des frissons.

Les monarques de chacun des deux royaumes du Nord sont des personnages très bien travaillés également. Sans manichéisme (comme d’ailleurs l’ensemble des protagonistes), les rois (et prince) se laissent découvrir au fil des pages et il est compliqué d’établir un jugement, car celui-ci risque d’être renversé dans les pages qui suivront.

Le travail remarquable d’olivier Péru sur la création de son univers se ressent à chaque page, à chaque nouveau personnage rencontré, qui même s’il est secondaire et présenté comme un personnage principal. La « mythologie druidique » est très élaboré, avec 4 clans de druides (loups, cerfs, corbeaux et ombres) qui ont chacun leur particularité et leur symboles.

Et que dire de la grande bataille finale, qui se déroule tout de même (c’est à signaler) sur environ 1/3 du roman !!! Sur 511 pages, ça fait quand même un sacré morceau. Quel plaisir, quelle qualité d’écriture ! Ces images si claires, ces actions qui s’enchainent, ces rebondissements ! Je dirais juste : Waou !

Un plaisir grandiose, digne des grandes batailles du Seigneur des Anneaux.

Mon bilan :

Une magnifique fresque d’une incroyable qualité. Un livre riche en émotions et en sensations. Un véritable et très grand coup de cœur pour cette œuvre ! Sans aucun doute, je lirais Les Hauts-Conteurs, et je suivrais de près les prochaines sorties du Maître Olivier Péru !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.