La Cour des Dames de Franck Ferrand

cour des dames, tome 1Cette critique reprend les deux tomes :  la régente noire et les fils de France.

Ces deux livres mettent en scène la vie de la cour de France de François 1er puis de Henri II, et en particulier l’influence des femmes sur la politique du roi. Dans le premier tome, on suit les manœuvres et le pouvoir de la mère du roi, Louise de Savoie. Etant régente elle a dirigé la France sous les yeux de tous, puis lorsque François 1er accèdera au trône, elle le guidera toute sa vie.  L’auteur montre en particulier comment « la régente noire » s’est acharnée sur la perte du connétable de Bourbon. Dans le deuxième tome, suite directe du premier, on suit la guerre qui oppose catholiques et réformés, et donc opposant à la cour la maîtresse en titre du roi, Anne de Pisseleu, et Diane de Brézé, future Diane de Poitier. L’auteur met également en scène deux personnages fictifs, Simon et Gautier de Coizay, écuyers de leur état, « témoins privilégiés » des manœuvres de cour.

Je dois dire que ces livres sont extrêmement détaillés d’un point de vu historique. La recherche des évènements qui ont réellement eu lieu a dû être importante. On sent que l’auteur maitrise la vie au XVIème siècle, et les évènements qui se sont déroulés le long des règnes de François 1er et d’Henri II.

Pour sa narration, l’auteur a pris le parti de se focaliser sur certains évènements précis des différents règnes et de montrer quel rôle a joué chaque personnage, tout en gardant le style de la narration romanesque. Ceci impliquant donc que l’auteur fait de nombreuses ellipses dans ses romans, à vrai dire entre chaque chapitre. Cependant l’auteur ne cherche pas à nous perdre, donc les ellipses sont assez courtes et le narrateur revient sur les évènements qui expliquent la situation. De plus, une série de notes accompagnent les textes pour appuyer la réalité historique des évènements. Je dois avouer que ce n’est un style de narration avec lequel j’accroche particulièrement, mais il ne dessert pas forcément l’histoire. J’ai eu parfois du mal a suivre, mais c’est plus dû au fait que je me souvenais pas où j’en étais dans ma lecture, que du style.

cour des dames, tome 2Le gros reproche que j’ai à faire à ces livres est la présence même des deux seuls personnages fictifs, Simon et Gautier. En lisant la 4ème de couverture, je me suis dis que l’on allait voir les évènements de cette période à travers les yeux de ces deux personnages. Or il s’avère qu’ils interviennent sporadiquement dans le récit et qu’ils ne sont pas irremplaçables. En refermant le deuxième je me suis vraiment demandée à quoi ils servaient. Soit l’auteur ne les a pas assez utilisés soit il n’aurait pas dû les mettre. Pour dire franchement j’ai l’impression qu’ils ne servent à rien. Ils n’apportent rien au récit ni à l’histoire à proprement parlé. Etant donné qu’ils n’ont pas eu d’existence réelle, ils n’ont pas d’action sur le déroulement du récit, et comme ils ne sont présents que de temps en temps, ils ne peuvent pas réellement témoigner des évènements historiques. Ainsi on suit le récit plus souvent avec des personnages réels, tel que Diane de Poitier ou Marguerite de Navarre, qu’avec nos deux écuyers.

Enfin un petit récapitulatif des différents personnages, de leur fonction et de leur « camp », ne serrait pas de trop, car un aide mémoire peut être bénéfique.

En résumé, ces deux tomes sont d’une grande richesse historique, et donc deviennent une manière très ludique de connaître les évènements se déroulant sous François 1er, et Henri II ensuite. Par contre le style de narration pourra en perturber certains, voire leur déplaire, et l’utilisation des deux personnages fictifs est insuffisante.

Lexi Smart à la mémoire qui flanche de Sophie Kinsella

lexy smart« Lexi Smart est une fille plutôt normale : vingt-cinq ans, un boulot assez assommant, les dents pas très lignées, le cheveu désespérément terne, quelques kilos en trop, un appart minuscule, un fiancé un peu nul et très fauché et trois super copines avec qui elle fait la fête le vendredi soir.

Un beau matin, Lexi se réveille dans une chambre d’hôpital avec un sourire parfait, une cascade de boucles blondes, une silhouette de sirène, un beau gosse de mari richissime… et une amnésie partielle due à un accident de voiture : trois ans de sa vie viennent de s’effacer, Lexi ne se souvient de rien. »

Nous voilà donc suivant Lexi, que l’on vient à peine de connaître, en train de recoller les morceaux sur les trois ans de sa vie. Car tout comme Lexi on ne comprend pas ce qui s’est passé, ni pourquoi sa vie, ses copines, voire elle-même, semblent tant avoir changé. Lexi s’efforce donc de coller à cette nouvelle elle-même sans comprendre d’où elle sort et qui lui ressemble si peu.

Et s’est ce que j’ai aimé dans ce livre : on découvre petit à petit cet univers de rêve dans en même temps que notre héroïne et on est aussi perdue qu’elle. Alors, tout comme Lexi, on subit les évènements et essaye de comprendre les éléments cachés et les non dits de cette nouvelle vie. C’est ce type de narration qui m’a particulièrement plut dans ce livre.

Bon évidemment on sent que tout n’est pas rose dans le nouveau Wonderland de Lexi et même si elle met un peu de temps avant de s’en rendre compte, on lui pardonne car elle fait vraiment des efforts pour vivre avec ces nouvelles cartes en jeu.

L’histoire est fraiche et rafraichissante, l’héroïne franchement sympathique, et ces bourdes m’ont bien fait rire. Le style de l’auteur est enjoué et assez rythmé et, un bon point pour elle, le livre compte plus de dialogues que de descriptions. En résumé, j’ai aimé ce livre qui ne prétend pas à grand-chose à part nous divertir, et qui le fait bien. Seul bémol au compteur : j’ai acheté la version originale grand format et j’aurai pu attendre la version poche au vu du temps que ça m’a pris pour le lire.

Rafael, derniers jours…

j’ai découvert ce livre via le blog de CANEL

résumé:

Rafael, environ 20 ans, marié, alcoolique, père de 3 enfants, sans instruction et sans travail, vit, survit, à Morgantown, dans le ravin près de la décharge…

il rencontre plus ou moins par hasard monsieur McCarthy, producteur de snuff films (snuff movies) qui va lui offrir du boulot… pour vingt cinq mille dollars!
Rafael écoute et comprend les explications, il signe même un contrat!!

il reste trois jours à Rafael avant de faire le job… il a RDV jeudi à 11h, c’est écrit sur le contrat…

mon avis:

fiou!!! je savais à quoi m’attendre, mais j’étais encore loin du compte!!
je suis restée en haleine jusqu’au bout, jusqu’à la dernière page!!
un roman choquant, je suis restée scotchée!!!

ce plongeon dans la misère la plus totale, cette rencontre avec ces gens plus que démunis font de cette histoire bouleversante un moment vraiment prenant, choquant!

je me suis attachée à ce tendre Rafael qui se sacrifie pour les siens…

un vrai coup de coeur pour moi ce livre, je le recommande vivement!

– lasardine – de la ronde des post it

Coule la Seine, de Fred Vargas

Je suis une grande fan de Fred Vargas, l’archéologue-auteur de romans policiers que j’ai découverte il y a quelques années grâce à un livre offert. J’ai déjà présenté son oeuvre en général sur  notre forum, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de lire tous ses romans. Hier, je suis tombée par hasard sur un recueil de nouvelles policières, à ma connaissance les seules histoires courtes qu’elle ait publié, et je l’ai bien sûr dévoré en deux heures. Quelques mots sur cette découverte récente…

Résumé:

En 120 pages environ, Fred Vargas nous présente trois histoires, de la plus longue à la plus courte: « Salut et Liberté », « La nuit des brutes » et « Cinq francs pièce ». On y découvre un vieux tailleur qui s’installe sur le banc public en face du commissariat juste le jour où Adamsberg commence à recevoir les lettres anonymes d’un meurtrier impuni; une Cendrillon qui se noie le soir de Noël; un clochard vendeur d’éponges et témoin d’un meurtre en fourrure… le tout tandis qu’à côté coule la Seine.

Mon avis:

La nouvelle est un genre difficile: il faut, en un nombre limité de pages, dresser un décor, présenter des personnages et développer une intrigue. C’est d’autant plus compliqué quand il s’agit d’histoires policières, qui doivent par définition être chargées de mystère et développer un suspense qui surprenne à la fois le lecteur et les personnages. Et c’est un véritable défi quand, en plus de ça, l’auteur a accroché son public grâce à la profondeur de personnages atypiques, que ce soient les héros (Adamsberg, Danglard) ou les personnages secondaires, lesquels méritent une description poussée.

Pourtant, Vargas s’en sort haut la main. A l’exception peut-être de la première nouvelle, où j’ai trouvé le dénouement un peu brutal, elle ne compromet ni la qualité de ses intrigues, ni le relief de ses personnages. En quelques pages seulement, on apprend à connaître Adamsberg si on ne l’a jamais croisé, ou on redécouvre de nouvelles facettes de sa personnalité brumeuse s’il nous est familier; et on voyage dans la vie et la tête de nouveaux héros passagers, le tailleur ou le clochard. Les mystères sont bien entendu moins complexes que dans les romans, mais Vargas prend le temps de nous laisser savourer son petit monde parisien centré autour de la Seine. J’ai particulièrement aimé la dernière nouvelle, la plus courte, où Adamsberg est vu de l’extérieur, au travers des yeux du témoin. Pour la première fois il mène l’interrogatoire, et en quelques questions et réponses se dessinent sa méthode et son caractère si particuliers. Une façon agréable de le redécouvrir.

La question est: pour ceux qui ne connaissent pas du tout Vargas, ce petit livre très court constitue-t-il une bonne introduction ? Ce n’est pas impossible, car tous les ingrédients de son succès y sont, en condensé. Pourtant, je ne suis pas sûre de le recommander; il manque malgré tout le plaisir des longues intrigues bien ficelées, la petite touche de légende qui parsème la plupart de ses oeuvres, et la découverte en profondeur de ses personnages si typés. Je continue à penser que pour entrer dans le monde de Vargas, la meilleure porte reste « Pars vite et reviens tard ». Mais si vous avez déjà fait sa connaissance, alors jetez vous sur ce petit recueil savoureux !

Dexter de Jeff Lindsay (tomes 1 et 2)

Cette critique regroupe les 2 premiers tomes de la saga « Dexter » de l’américain Jeff Lindsay. Le premier s’intitule « Ce cher Dexter » (« Darkly Dreaming Dexter » en VO, sorti en 2004) et le second, « Dexter revient! » (aussi trouvable sous le titre « Le passager noir », « Dearly Devoted Dexter » en VO, sorti en 2005). Deux autres tomes sont sortis , l’un en VF/VO: « Les démons de Dexter » / « Dexter in the Dark » (2007) et l’autre juste en VO « Dexter by Design » (2009). Un 5ème tome sortira en 2010 aux États-Unis : « Dexter is Delicious« .

Cette saga a été adapté en série tv sous le simple nom de « Dexter« . Elle est diffusée aux USA sur la chaine câblée Showtime et en France sur Canal+ (en crypté donc) et prochainement sur TF1 (mais les dirigeants de la chaine repoussent sans arrêt la diffusion, sans doute car ils ne trouvent pas de case horaire adaptée à la violence de la série).

Mais tout d’abord pour ceux qui ne connaissent pas du tout, en voici le synopsis :

Dexter Morgan est un expert médico-légal travaillant pour la police de Miami. Il est spécialisé dans les analyses de projection de sang. Mais la nuit, quand il rentre chez lui, il retire son masque et montre son vrai visage : c’est un serial killer ! Cependant, il a des règles : il ne tue que des criminels (violeurs, tueurs) dont il a la preuve absolue qu’ils sont coupables. Pour ne pas se faire repérer, il doit feindre les émotions car il en n’a pas (l’amour, le dégout devant des corps décomposés, l’humour, la compassion… il ne connait pas). Il joue donc l’homme moyen, le travailleur modèle et sans problème et le petit-ami gentil.

Dans le premier tome, Dexter a affaire à un tueur en série assez particulier, celui-ci ne laisse en effet pas une seule trace de sang sur la scène de crime ! Cela trouble Dexter et il devient presque jaloux de ce meurtrier. Dans le deuxième, c’est un malade mental qui aime découper en plusieurs parties ces victimes, les laissant vivre après chaque amputation.

Par rapport à la série, le premier tome = la première saison; par contre, dès la deuxième saison, la série prend une autre direction. La série développeplus certains personnages secondaires (notamment les inspecteurs de Miami). Faut dire que 12 épisodes de 50 minutes, c’est plus long que (seulement) 300 pages de récit.

Tout d’abord, je vais commencer avec le point faible de ces 2 tomes : la fin. Elle est trop rapide par deux fois ! On sent une accélération sur les 100 dernières pages, on se rend compte qu’il reste plein de choses à développer au fur et à mesure qu’on se rapproche de la fin… On a donc une impression de bâclage. On a vraiment l’impression que l »auteur fait son nombre de pages et puis, voilà, c’est terminé. Le premier tome se finit donc sur une note négative. On est frustré et on se dit qu’on aura peut-être des réponses dans le 2ème tome… ce qui n’est pas le cas et rend la chose encore plus frustrante.

Le deuxième tome continue sur une nouvelle histoire indépendante et est moins intéressant que le premier, l’histoire étant plus décousu. Dexter est de plus surveillé et ne peut faire ressortir son « Passager Noir ». D’un roman où j’attendais un combat intérieur entre Dexter-gentil et Dexter-meurtrier, il n’en ressort pas grand chose, si ce n’est toujours le même cynisme et le même humour noir.

!! spoilers !!
Je vais maintenant faire des parallèles avec la série. Dès la fin de la 1ère saison, on peut remarquer que la série prend un autre chemin. Des personnages différents meurent, des intrigues sont rajoutés dans la série et d’un petit bouquin sans grand génie, je dirais qu’il en est ressorti une grande série ! Michael C. Hall interprète Dexter avec brio. On aime ce serial killer malgré son côté sombre. Il fait parti de ces nouveaux personnages atypiques que la télé US nous propose ses dernières années (le Dr Grégory House dans House MD, Vic McKey dans The Shield…).

Je ne sais pas si je vais lire le 3ème tome, je crois que je vais plutôt me contenter de la série, même si elle aussi baisse de rythme à partir de sa 3ème saison… Reste à revoir les 2 premières saisons qui sont époustouflantes et que je recommande chaudement.

Tome 1 : 7/10
Tome 2 : 5.5/10

A bientôt pour la critique de The Lost Symbol (Le Symbole Perdu en VF) de Dan Brown.